Bretagne France Voyages

Une tempête en Finistère – Février 2016

A Brest, le quai Commandant Malbert est vide, l’Abeille Bourbon est en mer. C’est un indice pour tous les brestois, un signe de météo agitée.
Le matin de ce lundi 8 février 2016, la station de l’Ile Wrac’h enregistrait des rafales à 60 noeuds.

Cette tempête porte un nom, elle en porte même deux ! Baptisée Ruzica par les allemands et Imogen par les anglais.
Mais peu importe ce nom, des tempêtes comme celle-ci, la Bretagne en voit passer tous les hivers.

Solidement ancré sur son socle de granit, le Finistère s’arc-boute et résiste aux assauts des éléments déchaînés.
En début d’après midi, le plus gros de la perturbation est passé. Avec @santaden, nous décidons de faire prendre l’air (et les embruns) à nos boitiers pour une balade sur la côte nord.


Arrivés près de Portsal, la lumière est rare, capricieuse et les puissantes rafales rendent les prises de vues aléatoires. Mais avec le vent d’ouest soufflant en rafale à 90 km/h et une forte houle conjugués à la marée montante de coefficient 96, le spectacle est dantesque.

 

De Portsal à Penfoul par la route touristiqueUne lumière timide et fugace parvient a révéler la couleur turquoise de de l’océan.

De Portsal à Penfoul par la route touristiqueSous la puissance du vent, la mer écume, moutonne, les vagues se couchent.

Presqu'île St LaurentPrès de Porspoder, l’océan en furie matraque inlassablement les rochers. Seuls quelques goélands intrépides osent se jouer des éléments.

Presqu'île St Laurent, Phare du FourSommairement abrité derrière les rochers de la presqu’île St Laurent, je contemple le phare du Four défiant l’Atlantique.

Presqu'île St LaurentUn contre jour éblouissant diffusé par les embruns rend le paysage monochrome et fantomatique.

D.M.

Laisser un commentaire