Alimentation Consommation Mon Jardin Nature

Je mange des mauvaises herbes !

Et oui, je mange des « mauvaises herbes » (du pourpier).
Rassurez-vous j’ai encore les moyens d’acheter ma nourriture, mais pourquoi se priver de ce qui est bon et gratuit de surcroît.

Commençons par tordre le cou à l’appellation mauvaises herbes.
Cela n’existe pas, tout comme les animaux nuisibles.
Ce sont des inventions de l’homme pour qualifier des choses ou des êtres que celui-ci considère sans intérêt, voire préjudiciable à ses activités, son confort, son profit ou son bien être.

Le terme approprié pour qualifier le pourpier dont il est question est plante adventice, ce qui désigne une plante ligneuse ou herbacée qui pousse d’elle même à un endroit non désiré.
Après ces éclaircissements nécessaires, nous voici au coeur du sujet.
Je consomme donc le pourpier qui pousse spontanément un peu partout dans mon jardin (dans les massifs comme au potager).

Cette plante herbacée annuelle aux tiges rampantes porte plusieurs noms: pourpier, pourpier maraîcher, porcelane.
Son nom botanique est Portulaca oleracea.

Considérée comme un légume et parfois cultivée en maraîchage, le pourpier possède de nombreuses qualités. Il est très riche en vitamine C, contient des Oméga-3, du fer, du magnésium, du potassium et il est peu calorique.
Abondant chez moi en juillet et août, je le consomme en salade avec des tomates du jardin par exemple. Son côté croquant le rend agréable à déguster.
En plus, c’est bio car je n’utilise aucun produit chimique et c’est très local car les pieds les plus proches poussent à une dizaine de mètres de la cuisine.

D.M.

%d blogueurs aiment cette page :